mercredi, mai 11, 2016

Valéry Numa pique, Liliane Pierre Paul réplique

 Concernant les concepts de liberté et responsabilité, Valéry Numa et Liliane Pierre Paul qui se passent de présentation, ne se logent pas à la même enseigne. C’est un promoteur d’une presse responsable face à une réactionnaire de la presse rétrograde. Une guerre à distance non déclarée !




Le fonctionnement des médias est au cœur des débats, à l’occasion de la journée mondiale de la liberté de la presse, ce 3 mai. Qui est journaliste ? Par cette question qui est pratiquement sans réponses en Haïti, le journaliste Valéry Numa de radio Vision 2000 a tenté de toucher la plaie du doigt. N’importe qui est accepté comme journaliste dans les médias où les critères ne sont pas clairement définis, critique-t-il. La presse fonctionne mal. Conscient, il se dit interpelé par l’attitude irresponsable de certains confrères.

Pour le présentateur vedette des émissions « Invité du jour » et « Vision 2000 à l’écoute, le journaliste doit exercer son métier avec professionnalisme. Il en profite pour dénoncer des cas dans certains médias où le journaliste mélange délibérément les informations des commentaires ou de ses opinions personnelles dans la présentation d’une émission d’informations. Il ne cite pas de noms mais certaines personnes avisées pensent qu’il fait allusion particulièrement aux journalistes Roberde Céliné dit Bob C de Caraïbes FM, Yandy Frantz Fidèle de Vision 2000 et Liliane Pierre Paul de Kiskeya. Il affirme n’avoir pas l’intention de donner des leçons.

Favorable à une presse libre et responsable, le journaliste politique de carrière a tenu de réserver une bonne partie de « Vision 2000 à l’écoute » pour attirer l’attention de ses confrères et des patrons de médias sur la mauvaise marche du secteur de la presse haïtienne. Même si, a-t-il reconnu, cela va susciter la colère des gens. Chose dite chose faite.
« C’est inconcevable qu’on cherche à couper les branches d’un arbre sur lequel on est assis », réplique sa consœur Liliane Pierre Paul, dans son édition de nouvelles « Jounal 4trè », commentant des points de vue sur la problématique du 4e pouvoir. La présentatrice est viscéralement attachée au stato quo. Celle qui semble être allergique à un code d’éthique et de déontologie pour ce secteur fait plutôt la promotion d’« une presse libre et indépendante ». Elle entend par-là une presse « ki pa gen baboukèt nan bouch li», « Ki ka di sa l vle ».
Concernant le concept de responsabilité, cette militante de la liberté de la presse ne dit pas grand-chose. Sinon tirer à boulets rouges sur des médias concurrents qu’elle considère comme des ennemis. La copropriétaire de radio et télé Kiskeya préfère aussi se plaindre d’une part des problèmes financiers auxquels feraient face les médias et de s’en prendre d’autre part à ceux-là qui critiquent son comportement comme journaliste.
« Que personne ne me dicte comment exercer mon métier…», dit-elle, s’adressant indirectement à son confrère de Vision 2000 qui était à un certain moment son collaborateur à la radio Kiskeya. Pour Liliane Pierre Paul qui milite dans la presse depuis plusieurs décennies, les problèmes liés au fonctionnement de la presse ne doivent pas être posés sur la place publique.
Depuis quelques jours, la presse haïtienne est mise sur la sellette. Plus d’un reconnaisse que la corporation des journalistes doit faire preuve de professionnalisme et de responsabilité. A ce sujet, l’historien Michel Soukar a été on ne peut plus direct récemment à radio et télé Métropole. « Il faut repenser le métier de journalisme en Haïti », a-t-il exhorté, fustigeant certains journalistes qui s’amusent à répandre avec indécence des mensonges dans l’intérêt de leur clan politique.
En Haïti, si la liberté de la presse est déjà acquise, de grands combats restent à mener pour la responsabilité, l’éthique et la déontologie des médias. C’est en ce sens que l’UNESCO, à l’occasion de la journée mondiale de la liberté de la presse, a organisé, à Pétion-Ville, une séance de réflexion et de planification sur un code de déontologie pour la presse haïtienne.
Mackenson Paul

Source : http://equilibreur.info/2016/05/03/liberte-et-responsabilite-de-la-presse-valery-numa-pique-liliane-pierre-paul-replique/