mardi, novembre 10, 2015

Les Martelly ont quitté le pays avant l'annonce des résultats officiels .

President Michel Martelly, First Lady Sophia Martelly, and most of the presidential family left Haiti on Thursday before the release of election results.

Seeming to be a measure taken for their safety, the First Family are not due back to Haiti until Wednesday, the day the strike is expected to be.




"Le président Michel Martelly, son épouse ( je me refuse à cette qualification de première dame importée des US) et la majorité des membres de la famille présidentielle ont quitté le pays jeudi, avant l'annonce des résultats des élections.

Il semblerait qu'il s'agisse d'une initiative pour assurer leur sécurité, le président et sa famille ne devraient être de retour en Haïti que mercredi, le jour où la grève devrait prendre fin."

Il y a une constance chez Martelly qui est de s'enfuir, de prendre la tangente pour ne ne pas assumer les conséquences de ses actes.

On n'est pas étonné de le voir revenir sur ces mesures de dap-piyan, de voyou qui dès que l'imposture risque d'être découverte, recule devant le risque de perdre sa chemise rose, son apparence bonhomme.

Une vieille histoire qui commence avec son vol de ciment, suivi de la dénonciation de ses complices, qui continue avec son absence lors de l'arrestation du député Bélizaire, pour arriver aujourd'hui à son départ chez ses patrons avant le résultat des élections et à son retour après la grève.

Ce qu'il y a d'incroyable, ce n'est pas que Martely agisse ainsi- on ne peut attendre de lui un autre comportement au vu de son intinéraire personnnel- mais c'est, encore une fois, qu'un pays tout entier, de peur d'avoir à subir les représailles des USA- se soumette, se mette à genoux devant une personne dont le comprtement de A à Z est révélateur d'un mélange d'arrogance (le blanc est derrière moi) et de lâcheté (je dénonce mes complics, je prends mes jambes à mon cou dès qu'il y a rapport de forces, j'abandonne mes amis dès qu'ils ne m'apportent plus rien.)

Vous me direz, qu'ils- les Haïtiens- l'ont bien fait pendant 29 ans avec les Duvalier.

Tragique de penser que cette expérience de dictature, à l'encontre de ce qui se passe en AM. du Sud, ne leur aura servi à rien du tout.

La photo publiée par Sentinel, montrant les associés Martelly/ Evans Paul en dit bien plus que des mots sur la véritable nature de cette attelage.

Ils sont tout simplement terrifiants quand ils ne sont pas photographiés " grignant" des dents.

Source | Haïti Sentinel.