lundi, novembre 30, 2015

La commission d’enquête n’est pas prévue par la loi’’, insiste Opont

Palecho.comAlors que le G8 et d’autres secteurs de la vie nationale ne cessent de réclamer la mise en place d’une commission d’enquête indépendante chargée d’épurer le processus électoral, le CEP n’en fait pas grand cas. Lors d’une conférence de presse, le lundi 30 novembre, le président du conseil Pierre Louis Opont a laissé entendre pour la énième fois que cette structure demandée n’est pas prévue par le décret électoral. Déterminé, le CEP met le cap sur le second tour de la présidentielle.




‘’Les élections de 2015 sont un voyage dans la tempête’’, a déclaré Pierre louis Opont qui dit reconnaître l’ampleur du défi à relever. Le président du CEP qui a révélé que des conseillers électoraux ne dorment pas chez eux à cause des menaces dont ils son l’objet, se dit prêt à mener à terme les élections en dépit des critiques qui fusent de partout. N’ayant pas de provisions légales pour mettre en place une commission d’enquête chargée de vérifier les procès-verbaux au centre de tabulation, le CEP n’entend pas agréer la demande du groupe des huit candidats à la présidence, a fait savoir M. Opont. Par ailleurs, ce dernier a rappelé que ce travail a déjà été effectué par le BCEN qui, en dernier recours, avait tranché. Les manifestations de rues organisées, les notes de presse que multiplie le G8 et Fanmi Lavalas découlent d’une simple stratégie politique, d’une campagne d’intoxication, selon Pierre Louis Opont qui prévoit déjà un second tour intéressant vu le caractère tendu de l’atmosphère politique. A l’exception de Jude Célestin, le numéro un du conseil électoral qualifie de ‘’mauvais perdants’’ les 7 autres candidats qui constituent le G8. En ce qui concerne les critiques et commentaires laissant croire que des conseillers électoraux seraient à la solde du PHTK, Pierre Manigat Junior les a minimisé. ‘’Nous ne sommes d’aucun parti’’, a dit le vice-président du CEP. Pour sa part, la conseillère électorale, Marie-Carmelle Paul Austin qui répondait à une question d’un journaliste sur le manque de crédibilité dont jouit le CEP, a indiqué qu’il est trop tard pour mettre en doute l’impartialité du conseil électoral provisoire.

Source | hpnhaiti.