samedi, septembre 05, 2015

Ce que révèlent les e-mails de la famille Clinton sur Haïti

 Haïti Le Nouvelliste publie un article de Jonathan M. Katz, auteur du best-seller The Big Truck That Went By ou Comment le monde est venu pour sauver Haïti et a laissé derrière lui une catastrophe, qui analyse un échange entre Chelsea Clinton et ses parents Bill et Hillary au sujet d'Haïti après le séisme. Un jour on saura aussi ce qui s'est passé avec les élections de 2010 et celles de 2015.


See more at:  Il est difficile de trouver quelqu'un ces jours-ci qui considère la façon dont les États-Unis ont conduit la reconstruction après le séisme du 12 janvier 2010 en Haïti comme un succès. Mais cela n'a pas toujours été le cas. Juste après la catastrophe, alors même que les quartiers croulaient sous les décombres, les personnes étouffant sous des bâches, le consensus – en dehors d'Haïti – était que «l'invasion de compassion» de l'Amérique (TIME Magazine l'a ainsi appelée) avait été «en grande partie un succès» (Los Angeles Times), offrant une preuve supplémentaire que « dans les moments critiques de l'histoire de l'humanité ... les États-Unis sont, en fait, la nation indispensable» (Expresso, Portugal).

Comme la dernière version de courriels personnels d’Hillary Clinton par le Département d'Etat américain l’a révélé lundi dernier, cette perception n’était pas un accident. « Nous avons mené une campagne très réussie contre les histoires négatives au sujet de notre engagement en Haïti », a écrit Judith McHale, le sous-secrétaire d'État à la diplomatie publique et aux affaires publiques, le 26 février 2010. Quelques semaines auparavant, le chef des affaires publiques avait transmis des citations aux journaux par courriel louant les efforts américains en Haïti à la secrétaire de Clinton. « Voilà le résultat de votre leadership et d'un nouveau modèle d'engagement avec notre propre peuple […] En avant !», a répondu Hillary Clinton. Mais une personne encore plus proche de la secrétaire d'État chantait un air très différent, très doucement. Le 22 février, après une visite de quatre jours sur les lieux du séisme, Chelsea Clinton a rédigé un mémo de sept pages qu’elle a adressé à «Papa, Maman », et copié leurs principaux collaborateurs. Ce rapport informel raconte une histoire continue de la puissance et de l'intelligence exercées par la famille Clinton en Haïti et dans le monde, et de la façon unique dont les Clinton se compromettent souvent. Tout d'abord, il y avait le secret. La note de service par une Clinton, à la poursuite d'une maîtrise en santé publique de l'Université de Columbia, d'un doctorat en relations internationales d’Oxford et avec un rôle de premier plan à la fondation de sa famille aurait effacé le récit public des étrangers sauvant des survivants reconnaissants du tremblement de terre que le Département d'Etat dirigé par sa mère travaillait si dur à promouvoir. Au lieu de cela, comme dans les rouages du vaste réseau de Clinton, il a été gardé secret, sorti uniquement d'une décharge continue de quelque 35 000 e-mails depuis un serveur privé d’Hillary, en réponse à un « Freedom of Information Act », très lié à la politique de l'élection présidentielle de 2016. Chelsea Clinton a été émoussée dans son rapport, confiant, dans l'introduction de la note, que les bénéficiaires sauraient respecter sa demande de demeurer un «soldat invisible.» Elle était venue d'abord sur les lieux du séisme six jours après la catastrophe avec son père, puis avec son fiancé, Mark Mezvinsky. Ensuite, elle est revenue avec le groupe d’aide médicale « Partners in Health », dont le cofondateur, le Dr Paul Farmer, était l'adjoint de son père dans le Bureau de l'envoyé spécial de l'ONU pour Haïti. Ce qu'elle vit sur place l’a troublée profondément. Cinq semaines après le tremblement de terre, les intervenants internationaux étaient encore en mode de secours: des soldats américains parcouraient les rues de Port-au-Prince en alerte pour des signes de rupture sociale, tandis que les groupes d'aide ont tenu des réunions quotidiennes de coordination à l'intérieur d'un complexe de l'ONU lourdement gardé et à l’intérieur duquel un Haïtien ordinaire ne pouvait pas entrer. Mais les Haïtiens avaient depuis longtemps établi leur propre mode de récupération, beaucoup dans les camps de déplacés qu'ils avaient eux-mêmes mis en place, en présence des intervenants qui, rarement, ont été à même de parler leur langue, kreyòl, qui travaillaient autour d'eux, inconscients de leurs efforts. « L'incompétence est abrutissante », dit-elle à ses parents. « Les gens de l'ONU que je rencontrais étaient souvent hors de contact ... anachroniques dans leur pensée, au mieux, et arrogants et incompétents, au pire.» «Il n'y a pas de responsabilité dans le système des Nations unies ou dans le système humanitaire international. » Le gouvernement haïtien affaibli, qui avait perdu l’essentiel de ses bâtiments et de son personnel dans la catastrophe, avait quelque chose qui s’apparentait à un plan », a-t-elle noté. Pourtant, parce que le gouvernement avait échoué à articuler assez rapidement ses souhaits, les étrangers se précipitèrent avec une «prolifération des efforts ad hoc par les [organisations non gouvernementales internationales] des Nations unies et les ONG internationales d'aide, « dont certaines ont aidé ... dont certaines ont fait du mal ... et certaines qui n’ont rien fait du tout ». L'ancienne "première fille" a reconnu quelque chose que les scores d'autres étrangers avaient manqué: que les Haïtiens ne sont pas seulement assis à attendre que les autres fassent tout le travail à leur place. «Beaucoup d’Haïtiens dans les camps s’organisent ... les structures de gouvernance, assez nuancées, ont déjà été développées », écrit-elle, donnant l'exemple d’un camp de déplacés de 40 000 survivants du séisme qui avait mis en place un comité directeur et une série de sous-comités chargés de la sécurité, de l'assainissement, des besoins des femmes et d'autres questions. «Ils voulaient aider eux-mêmes, et ils voulaient la fiabilité et la responsabilité de leurs partenaires », a écrit Chelsea Clinton. Mais cette aide ne venait pas.

Les groupes d'aide ont ignoré les demandes de T-shirts, de lampes de poche, de payer le comité pour la sécurité, et l'armée américaine avait apparemment mis de côté le plan de sauvegarde du comité, fournissant eux-mêmes la sécurité. Cette analyse va au-delà de ce que certains observateurs ont mis des années à comprendre, et que bien d'autres n’ont toujours pas compris : les survivants de la catastrophe sont les mieux placés pour prendre en charge leur propre rétablissement, mais sont souvent mis de côté par des autorités extérieures qui pensent, à tort, tout connaître. Son rapport était aussi plus qu'un écho de la philosophie de ses partenaires dans les guides touristiques de la santé. Plus de cinq ans plus tard, sa candeur et la force de perspicacité impressionnent les experts. « Je suis frappé par le ton direct et le niveau de détail», a déclaré Vijaya Ramachandran, une collègue senior au « Center for Global Development ». Mais vinrent les recommandations et un second écueil classique. Loin de parler des vérités qui dérangent la puissance de ses parents, Chelsea a été largement en accord avec leurs propres évaluations. Lors de la conférence des donateurs pour Haïti en mars 2010, à l’ONU, que Bill et Hillary Clinton ont présidée, la secrétaire d'Etat avait déclaré aux délégués réunis que la communauté internationale a dû commencer à faire les choses différemment. « Il sera tentant de se rabattre sur les vieilles habitudes de travailler autour du gouvernement [haïtien] plutôt que de travailler avec eux en tant que partenaires, pour financer un réseau épars de projets bien intentionnés plutôt que de faire les investissements les plus profonds à long terme dont Haïti a besoin maintenant », dit-elle. Bill Clinton avait également longtemps été cinglant dans ses évaluations du travail de l'aide en Haïti. Comme correspondant de l'Associated Press à Port-au-Prince avant, pendant et après le tremblement de terre, je l'ai suivi dans ses visites depuis qu'il est devenu l'envoyé spécial de l'ONU à la mi-2009. En public, l'ancien président a appelé à une meilleure coordination entre les ONG et les donateurs. En privé, après de longues journées frustrantes dans la chaleur des Caraïbes, il s’est parfois laissé aller en se confiant à son collaborateur le plus proche sur les réunions manquées des partenaires et des promesses non tenues. L'ancien président aimait présenter des excuses pour ses propres politiques alimentaires destructives qui ont inondé le marché haïtien avec du riz de l’Arkansas pas cher, et a ordonné un embargo paralysant qui a détruit l'économie haïtienne pendant le règne de la junte militaire des années 1990 (dont certains membres avaient été sur la liste de paie de la CIA). Pourtant, ces introspections s’étendent rarement au présent moment. Comme toute personne qui a couvert les Clinton peut l’affirmer, ils s’entourent de membres du personnel qui sont contre presque toute velléité de critique, surtout quand une élection est proche. La seule chose que les Clinton ne semblent jamais remettre en question est l'idée selon laquelle ils doivent, personnellement, rester en charge. Et c’est précisément ce que Chelsea a recommandé dans son rapport: « Le Bureau de l'Envoyé spécial, c’est-à-dire vous papa, a besoin d’autorité sur l'ONU et sur toutes ses myriades d'agences, qui, je crois, vous donneraient une autorité effective sur [les ONG].» Son père, l'ancien président, devrait être un « point de l'autorité unique », dit-elle, qui devrait superviser un remplacement pour le système d'organisation des agences gouvernementales, des militaires et des ONG. La vérité est que Bill Clinton était déjà de loin la personne la plus puissante dans ce système imparfait, avec Hillary proche derrière. Elle guidait la réponse des États-Unis en tant que secrétaire d'Etat. Il était déjà Envoyé spécial du Secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon pour Haïti, patron de la Fondation Clinton et co-chef de la Clinton-Bush Haïti Fund nouvellement formée. Quelques semaines plus tard, le couple a partagé l'estrade lors de la conférence des donateurs, où les gouvernements et les groupes d'aide ont annoncé quelque 10 milliards de dollars pour la reconstruction d'Haïti. Son père allait bientôt accepter la coprésidence de la Commission intérimaire de reconstruction d'Haïti, l'organisme quasi-gouvernemental chargé de l'attribution de nombreux fonds. L'ironie est que, après des pages d'analyse cinglante à propos de l'échec des intervenants internationaux de comprendre et de respecter les gens ordinaires en Haïti, le plan de Chelsea Clinton aurait créé un étranger encore plus puissant fonctionnant avec encore un plus grand détachement. Elle a fait appel à cette nouvelle structure de Super Clinton à "soutenir le gouvernement haïtien," mais a noté qu'il ne pouvait construire « le pouvoir et les capacités locaux, que lorsque cela est possible ».

La faille logique est que le gouvernement américain allait retomber avec le temps et encore comme il a gardé ses vieilles habitudes après tout, y compris le refus de fournir le gouvernement d'Haïti avec l'appui budgétaire direct. Comme convenu, le style de leadership de la personnalité axée sur la réponse signifiait que le séisme d’Haïti mettrait l'accent sur les priorités fixées par ceux qui les entourent, plutôt que ceux de la majorité des Haïtiens. Le nouvel e-mail montre rapidement comment la construction d’usines de vêtements de bas salaires et priorisant les exportations vers le marché américain est venue au centre de la réponse américaine en Haïti. Cette stratégie, rédigée par l'économiste Paul Collier, était ce que Bill Clinton était venu en Haïti promouvoir comme envoyé spécial avant le séisme.

Un peu plus de deux semaines après la catastrophe, Mills, une ancienne conseillère de Clinton à la Maison-Blanche qui est devenue sa femme de confiance pour Haïti, a transmis au secrétaire du New York Times un texte de Collier et au consultant Jean-Louis Warnholz une version de la stratégie de pré-séisme transformée en une forme de reconstruction post-séisme. « Il travaille maintenant pour nous», a-t-elle noté pour son patron, se référant à Warnholz. Les nouveaux e-mails montrent aussi comment les membres du personnel de Hillary ont amené l’ancien patron de Liz Claiborne Inc., Paul Charron, à collaborer avec Hillary Clinton et Warnholz à aider à faire des usines de vêtements une réalité. « Comme je l'ai communiqué à Jean-Louis, je suis heureux d'être utile à vous et au Département d'Etat sur ce projet », a écrit Charron à Mills en août 2010.
A cette époque, Charron avait fait un appel téléphonique important à un ancien collègue de Liz Claiborne qui travaille maintenant en tant que conseiller pour le géant sud-coréen de l’habillement Sae-A Trading Co. Ltd., pour encourager cette société à venir avec un plan d'investissement en Haïti, selon ce que le New York Times a rapporté deux ans plus tard. En 2012, Bill et Hillary Clinton ont assisté à l'ouverture du tout nouveau parc industriel de Caracol estimé à 300 millions de dollars, dans le Nord d’Haïti, avec Sae-A comme locataire. Aujourd'hui, il y a eu peu de reconstruction à Port-au-Prince. La plupart des survivants du séisme sont retournés dans des maisons précaires, en espérant qu’une autre catastrophe ne frappe pas. Le pays est toujours ravagé par une épidémie de choléra qui a commencé neuf mois après le tremblement de terre et qui a tué près de 9 000 personnes.

Les deux, Bill et Hillary Clinton, ont reconnu publiquement que cette épidémie, sans rapport avec le tremblement de terre, a été causée par des Casques bleus des Nations unies qui, tour à tour, comme Chelsea a correctement prévu, ont été en mesure d'éviter tout semblant de responsabilité. Le président Michel Martelly, qu’Hillary Clinton a aidé à mettre dans le bureau en tant que secrétaire d'Etat, a du mal à tenir les premières élections du pays depuis qu'il a pris le pouvoir, avec des observateurs qui regardent prudemment pour voir s’il va quitter ses fonctions au printemps prochain. Quant à Caracol, le parc industriel du Nord a créé juste 5 479 sur une promesse de 60 000 emplois lors de ma visite au printemps, alors que les travailleurs se plaignaient des longues heures de travail et des bas salaires. Les agriculteurs qui occupaient la terre de la propriété se plaignaient qu'ils ont été poussés dehors sans compensation adéquate. Beaucoup de ceux qui vivent autour du parc voir maintenant ce que le mode de réalisation de la déconnexion des Clinton puissants. "Ils vont au parc, mais ils ne viennent pas dans notre village, parce qu'ils se soucient plus du parc», a déclaré Pierre Cherline, une résidente de 33 ans qui vit à quelques miles des hautes barrières du parc. Par Jonathan M. Katz, Auteur de The Big Truck That Went By ou Comment le monde est venu pour sauver Haïti et a laissé derrière lui une catastrophe, publié par Palgrave Macmillan, 2013 Traduction de Patrick SAINT-PRE Source: http://www.politico.com/