dimanche, août 09, 2015

Le conseiller Néhémy Joseph très remonté contre le Pnud

 

Correspondance Jéthro-Claudel Pierre Jeanty
Ouanaminthe, 09 août 2015 [AlterPresse]--- Le conseiller électoral Néhémy Joseph qui se trouve dans le Nord-Est pour renforcer le Bureau électoral départemental (Bed) et s’assurer du bon déroulement des opérations électorales dans ce département s’en prend au Programme des nations unies pour le développement (Pnud), institution chargée de la gestion des fonds destinés à l’organisation des élections, dont un premier tout a lieu ce 9 août.

« L’un des plus gros problèmes auquel est confronté l’institution électorale est le Pnud », a déclaré Me Joseph à AlterPresse, peu avant le début des opérations électorales qui se poursuivent timidement à travers le pays, alors que plusieurs incidents sont rapportés et même des perturbations du vote.
Lors de ce scrutin du 9 août, en retard depuis 4 ans, 5,8 millions d’électeurs et électrices doivent élire 119 députés parmi 1621 candidats et candidates ainsi que 20 sénateurs parmi 232 postulants et postulantes.
Les procédures instituées par le Pnud pour le déblocage des fonds auraient contribué à ralentir le déroulement du processus, marqué, par exemple, par la non-livraison de mandats à nombre de partis politiques.
Le mandat donne accès aux délégués des candidats à des Bureaux de vote (Bv) pour garantir leurs intérêts.
Des difficultés d’ordre technique, ont empêché le Conseil électoral provisoire (Cep) de terminer l’impression des mandats à délivrer aux Partis politiques, selon un communiqué de l’institution électorale. Le Conseil, pour résoudre ce problème, a instruit les différents Bed à les produire eux-mêmes et à les livrer aux partis politiques qui en font la demande.
Néhémy Joseph met en relief aussi « l’inexpérience de beaucoup de membres de la machine électorale et les délais très rapprochés pour la réalisation des activités du calendrier électoral », parmi les contraintes à considérer.
Comme à travers le pays, les opérations électorales ont débuté timidement dans quelques centres de vote, dont certains ont commencé à fonctionner avec environ deux heures de retard.
La présence de la police est constatée sur place, de même que celle des agents de sécurité électorale. [jcpj gp apr 09/08/2015 12:00]


Palecho.com Nouvelles credit : http://www.alterpresse.org/spip.php?article18639#.VceSzPnV-Sp