vendredi, juillet 31, 2015

Michel Martelly a encore frappé fort…

image

Le chef de l’État n’en finit pas de faire parler de lui. Michel Martelly a encore frappé fort. En campagne ces derniers jours à travers le pays en faveur des candidats de PHTK, le président de la République s’en est  pris à une dame à Miragoâne qui lui a reproché de n’avoir pas tenu ses promesses envers cette ville. En réponse, Michel Martelly a déchainé sur elle le Sweet Micky sans limites dans ses propos.


« Il est une honte pour le pays, il n’est pas à sa place, il déshonore la fonction de président de la République, il est drogué, il n’est pas lucide… », les réactions après les injures du chef de l’État contre cette dame lors d’un meeting à Miragoâne mardi dernier ne sont pas tendres envers le locataire du palais national. Dans les réseaux sociaux et dans les médias, les gens ont exprimé leurs colères contre le président de la République.

Pour Édouard Paultre, responsable du Conseil haïtien des acteurs non étatiques (CONHANE), le comportement de Michel Martelly n’est pas digne d’un chef d’État. « Il n’est pas à sa place », a-t-il dit. « Il n’en fait qu’à sa tête, il provoque, il n’a pas de conseillers, je crois que c’est un président drogué, il a perdu sa lucidité. C’est renversant, la dernière sortie du chef de l’État est une honte pour la nation… », s’insurge M. Paultre.

La militante de défense des droits de la femme, la sociologue Danielle Magloire, considère comme une agression sexuelle les propos de Michel Martelly contre cette dame à Miragoâne. Pour elle, rien ne peut justifier le comportement du chef de l’État à l’endroit d’une femme. « Cela nous rappelle le fonctionnement de Sweet Micky, a-t-elle dit. C’est une honte pour la nation… »

Ce qui est encore plus inacceptable, selon Madame Magloire, c’est le comportement de ceux qui assistaient aux injures du chef de l’État contre la dame. Ils riaient et applaudissaient alors que se faire humilier par le président c’est quelque chose qui peut arriver à n’importe qui, a-t-elle dénoncé.

Heureusement, s’est réjouie Danielle Magloire, le comportement inacceptable du président de la République ne traduit pas le comportement général des hommes dans le respect des droits de la femme en Haïti. Cependant, elle continue de croire que l’attitude de M. Martelly est révoltante.

Pour sa part, le directeur exécutif du Réseau national de défense des droits humains (RNDDH) estime inacceptable en 2015 qu'un président de la République parle de la femme comme un objet sexuel. Pierre Espérance croit que la population doit prouver sa maturité dans les choix quelle aura à faire lors des prochaines élections.

Quelques réactions sur les réseaux sociaux

Beaucoup de réactions sur les réseaux sociaux à la suite de cette dernière sortie fracassante du chef de l’État. Pour le journaliste Roberson Alphonse sans citer de nom : « Quand il couvre d'insultes, c'est sa manière, dit-on, de "gérer" la contradiction. Quand on l'acclame parce qu'il l'avait fait dans le temps au Champ de Mars ou tout récemment dans des meetings, il faudrait savoir dans tout ça qui est le fou ou qui sont les fous, les inconscients, les insensés ? C'est en effet de cela dont il est question. Jouissif, fier de ce qu'il est, il a souligné avoir incarné le trash, le mauvais, le grivois, l'insolence et obtenir en dépit de tout la fortune et la récompense suprême de devenir le premier d'entre nous. Parce qu'il n'y a rien de fictif dans ce qu'il dit, c'est évident que quelque chose ne tourne pas rond dans la tête des Haïtiens. Quant à moi, j'ai longtemps cessé mes tentatives de rentrer dans la tête des Haïtiens par peur de ne pas perdre la tête. Je sais seulement que la coupe des insultes n'est pas encore pleine. Oh que non!!! Et le pire, c'est que l'on continue la glissade, pour entrer un peu plus dans la pauvreté... »

Dan Jac

« Je pense que c'est inacceptable qu'un président de la République dénigre une femme comme ça en public. Qu'est-ce qu'il fait de sa femme? De sa fille? De ses sœurs et cousines? De ses collaboratrices? De ses amies? Franchement je suis renversée et je me sens personnellement touchée par cette humiliation. »

Karl Foster Candio

« Si lè w tande ekstrè son prezidan nan Miragwan se ri li fè w ri, olye li revòlte w, fè tansyon w monte, fè w anvi eksprime dezakò w... Ou fè pati de pwoblèm nan ! »

Jolette Joseph

« Tout moun vekse ap plenyen? Mwen menm mwen di ba yo mon président. Mete pou yo mon président. »

Lorsqu’il était le leader de la formation musicale Sweet Micky, Michel Martelly n’avait aucune limite dans ses propos. Devenu président de la République, plus d’un espérait qu’il allait changer de comportement, du moins pendant qu’il est encore en fonction. Mais ces gens semblent avoir oublié ce vieux dicton : « Chasser le naturel, il revient au galop ».
Robenson Geffrard Source Le Nouvelliste