vendredi, février 27, 2015

L’appel de Danilo Medina à Michel Martelly

En sollicitant l’aide du gouvernement haïtien  pour faciliter le travail des fonctionnaires dominicains aux fins d'inscrire les travailleurs haïtiens dans le cadre du Plan national de régularisation des étrangers (PNRE), le président Danilo Medina veut à tout prix mettre les autorités haïtiennes face à leurs responsabilités.  Qui ignore qu’un grand nombre de nos compatriotes qui travaillent dans les conditions les plus difficiles au pays de Joaquin Balaguer ne sont pourvus d’aucune pièce d’identité ? Qui, au niveau de l’ambassade d’Haïti à Santo Domingo, ne sait pas que la majorité de nos compatriotes qui traversent la frontière à la recherche d’un mieux-être sont originaires de la paysannerie des départements limitrophes de la République dominicaine ?
Qui,  au niveau des consulats haïtiens en République dominicaine, n’est pas au courant du problème d’état civil et de passeport de la majorité des travailleurs haïtiens en territoire voisin ? Quel ministre haïtien des Affaires étrangères  n’est pas informé du problème de pièces d’identité de nos compatriotes en République dominicaine, au point que le président Danilo Medina vient frapper à la porte de son homologue Michel Martelly pour lui demander son aide afin d’inscrire les immigrants haïtiens dans le Plan national de régularisation des étrangers ?

Comment attribuer la responsabilité de l’inefficacité de l’ambassade d’Haïti et des consulats haïtiens en République dominicaine à la chancellerie haïtienne   sans se référer au gouvernement haïtien ?  Si le gouvernement haïtien décide d’accorder l’exclusivisité de l’émission des passeports à l’étranger à l’ambassade d’Haïti  à Washington, il doit y avoir une raison valable, mais qui ne doit pas compromettre le fonctionnement de tous les autres consulats haïtiens à l’étranger. En prenant une décision pareille, le gouvernement avait-il évalué les besoins en passeports des Haïtiens dans les autres missions diplomatiques et le délai de livraison des passeports par l’ambassade d’Haïti à Washington ? Il n’est  un secret  pour personne que la République dominicaine héberge le plus grand nombre de nos compatriotes à l’étranger. A un problème spécial, il faut trouver une solution spéciale. Le problème de passeport de nos compatriotes en République dominicaine devrait faire l’objet d’un traitement spécial.

Comment le gouvernement haïtien peut-il demander à un compatriote en République dominicaine 200 dollars américains pour lui fournir un extrait d’acte de naissance, un matricule fiscal et un passeport ? Sachant que les travailleurs haïtiens en territoire voisin sont généralement exploités, le gouvernement  devrait reconsidérer le montant réclamé pour fournir ces services. Rendu opérationnel depuis le 2 juin 2014, le Plan national de régularisation des étrangers  a été conçu spécialement pour les Haïtiens au moment où le gouvernement dominicain faisait face à des critiques internationales à la suite de l’application de l’arrêt 168-13 du tribunal constitutionnel de la république voisine.

Au regard de toutes ces initiatives prises par l’Etat dominicain au cours de ces deux dernières années par rapport à notre pays, avec quel sentiment les autorités haïtiennes observeront-elles le fonctionnement de ce pays voisin ?
Lemoine Bonneau source: Le Nouvelliste Editorial