mercredi, novembre 19, 2014

Kiko St Rémy:le beau-frère du président manifeste avec l'opposition

Plusieurs milliers de personnes ont défilé ce mardi contre le pouvoir Martelly/Lamothe dans les rues de Port-au-Prince. Selon plusieurs  radios de la capitale, le beau frère du président Martelly, Kiko St Rémy, a participé à cette marche de l’opposition.

On ne compte plus les manifestations de l’opposition contre le gouvernement haïtien. La manifestation d’aujourd’hui a débuté vers 10 h 30 devant l’église St Jean Bosco.
Plusieurs milliers d’Haïtiens ont gagné les rues ce matin pour exiger la libération des prisonniers politiques en Haïti et le départ de l’équipe gouvernementale  en place.

Selon l’agence en ligne, HPN, au niveau de Delmas 32, des individus non identifiés auraient ouvert le feu sur les manifestants faisant au moins 3 blessés. La police, présent sur les lieux, tentait de contrôler la situation.
Les blessés ont été conduits à l’hôpital. Un d’entre eux aurait reçu un projectile à la tête. La manifestation qui devait prendre fin devant le Palais national, au Champ de Mars, après l’incident, a du rebrousser chemin.
Une présence remarquée
rudy-heriveauxSelon plusieurs médias de la capitale haïtienne, notamment Radio Vision 2000 et HPN,«Kiko St Rémy», frère de l’épouse du président de la République, a participé à cette manifestation aux cotés du sénateur Moïse Jean Charles, farouche opposant au pouvoir “ Tèt Kale”.
La présence de M. St Rémy marque un tournant dans le quinquennat de Michel Martelly et témoignerait d’un certain malaise au cœur du pouvoir.
Signalons que le pouvoir en place a durci le ton avec la publication d’un texte du ministre de la Communication, Rudy Hériveaux, (ci-contre) cette semaine.
Dans ce texte intitulé « Le Syndrome du Cafard», ce dernier a dénoncé l’opposition « incapable de formuler les éléments d’une réflexion sérieuse pour la conduite du destin national » et a déploré le « triste spectacle quasi quotidien, symptomatique de la bêtise d’une certaine classe politique rétrograde, figée dans l’archaïsme et les vieilles pratiques démagogiques. »
Faisant l’éloge du président Martelly, comme il avait l’habitude de le faire pour l’ex-président Aristide avant de retourner sa veste, ce ministre connu pour ses envolées vénéneuses a mis de l’huile sur le feu en accusant l’opposition d’être «une espèce de frénésie destructrice, des cafards (qui) s’agitent dans un folklore dégoutant dans les rues pour tenter d’assauter le pouvoir. »
Pour ce ministre sulfureux, ces manifestations ne sont qu’un « triste spectacle quasi quotidien, symptomatique de la bêtise d’une certaine classe politique rétrograde, figée dans l’archaïsme et les vieilles pratiques démagogiques qui ont fait tant de torts à notre pays. »
Le ministre Hériveaux avait déjà qualifié les organismes des droits de l’Homme d’être des «psychopathes». Plusieurs observateurs voient dans ce discours, un parfum de fin de règne alors qu’Haïti s’enlise dans une nouvelle crise politique.
L’administration Martelly/Lamothe a publiquement attaqué et dénoncé les piliers de la représentation démocratique, en l’occurrence la presse, le Parlement, les organismes des droits humains. Aujourd’hui, c’est au tour de l’opposition de se voir qualifiée de «cafards».  Jusqu’où ira ce pouvoir?, se demandent les observateurs.

NancyRoc.com