mercredi, mai 21, 2014

Affaire Timothée : Interdiction formelle pour la délégation de l’opposition à l’Arcahaie

Affaire Timothée : Interdiction formelle pour la délégation de l’opposition à l’Arcahaie(Photo: Joseph Kelly)

Il est déjà midi, le temps est morose, il fait chaud, l’impatience commence à gagner les esprits surchauffés. D’autres figures de l’opposition entrent en scène pour essayer de trouver un dénouement à l’impasse, l’impasse n’est autre que d’avoir la possibilité d’aller rendre visite au prisonnier Timothée Rony ce mercredi, comme annoncé depuis lundi 19 mai après l’audition bâclée de ce dernier.



Photo: Joseph Kelly)
« Interdiction formelle de voir le prisonnier Timothée Rony » lâche l’avocat André Michel à la presse présent sur les lieux. Entrer en pourparlers avec le commissaire de police afin de trouver une issue à l’impasse, mais l’ordre est formel, pas question de laisser une délégation quelconque d’aller rendre visite à Timothée Rony. Pas d’autorisation.


En dépit de l’intervention de Mme Manigat de RDNP, Dr. Gerald Gilles de Fanmi Lavalas, du Députe Patrick, de  Dieudonne Saincy, de Me Newton St-Juste, d’Antony Barbier et d’autres leaders politique présents, le commissaire de police est mordicus, prétextant qu’il a la responsabilité de sécuriser les prisonniers et qu’il ne peut pas laisser une foule pénétrée dans l’enceinte de la prison, Me. Michel réplique pour dire qu’il ne s’agit pas d’une foule, mais plutôt des leaders de parti politique et personnalités ici présent, le commissaire rétorque, pas question, mais si vous entant que l’avocat du prisonnier souhaite lui rendre visite, pas de problème, Me Michel s’obstine, il veut que ce soit la délégation qui s’y rend en groupe de deux ou trois, le commissaire de police a fait savoir une nouvelle fois à Me. Michel qu’il n’a pas l’autorisation pour la visite de la délégation.
Espoir perdu pour rendre visite à Timothée Rony comme prévu, et les quelques militants accompagnant la délégation se déchaîne, le mur formé par les policiers est imperméable pour les anonymes, et plus bas  à quelques mètres de l’entrée principale de la prison civile de l’Arcahaie, un autre  mur de policiers,  tout est clair, pas question de visiter Timothée Rony ce mercredi 21 mai.
Constant cela, vite, un point de presse annoncé par Dieudonne Saincy de l’INITE pour fixer officiellement leur position face à l’intransigeance du gouvernement, dit-il, de ne pas laisser la délégation de rendre visite à Timothée Rony.
De ce point de presse, les membres de la délégation dénoncent le comportement du gouvernement, plus particulièrement du ministre de la Justice, Me Jean-Renel Sanon. Ils exhortent la police nationale de ne pas se faire utiliser comme bras armé du gouvernement comme avait dit le président, relatent-ils. 
Pour l’Agronome Jean André Victor de MOPOD, c’est la mise en place d’une dictature, un projet qui n’aboutira pas tout autant que la presse soit libre et indépendant. Il en a profité  pour dénoncer Martelly avec son projet « D’élections tête droite » et qui en même temps, fait de nouveaux prisonniers politiques.
Me. Newton de son côté, dénonce l’ambassadrice des Etats-Unis d’Amérique, Pamela White, pour son comportement dans la gestion de la crise haïtienne, qui, selon Me Newton, est de connivence avec le régime corrompu de Martelly. Il a dit espérer que Timothée Rony soit le dernier des prisonniers politiques puisqu’il est le 22ème, et 22 est un nombre important pour tous les duvaliéristes, rappelle-t-il. Il a rappelé également l’incarcération du militant Louima Louijuste depuis le mois de février et aucun jugement ne s’est prononcé sur son cas jusqu’à date.
Me. André Michel quant à lui, estime que la présence de la délégation de l’opposition, composée de membres de toutes tendances  à l’Arcahaie, est encore une nouvelle preuve d’unification, l’unification de  la vraie opposition. Une unification qui va franchir d’autres étapes selon le militant politique. Et la bataille est lancée  pour débarrasser le pays du régime corrompu de Martelly, dit Me. Michel encore une fois.
Les mots de frustrations de la délégation de l’opposition sont crachés au micro de la presse. Une délégation qui est repartie bredouille après avoir passé près de deux heures de temps à essayer vainement de négocier avec le commissaire de police afin de voir le prisonnier Timothée Rony, en dépit qu’elle était à quelques mètres de l’entrée principale de la prison civile de l’Arcahaie.

Ricardo Vintris / Agence PressLakay