vendredi, décembre 06, 2013

Martelly et Aristide saluent la disparition de Mandela

 Source : www.caribbeannewsnow.com 
Son charisme et sa sagesse sont mondialement reconnus. Madiba. Une histoire unique. Une vie consacrée à la lutte contre le racisme et l’apartheid. Mais aussi 27 ans de prison pour ses convictions. C’est le chef de l'Etat sud-africain, Jacob Zuma, qui a annoncé jeudi la nouvelle de la mort de Nelson Mandela à la télévision. « L'ex-président Nelson Mandela nous a quittés. Il est maintenant en paix. La nation a perdu son fils le plus illustre », a-t-il déclaré avant d'annoncer que le drapeau du pays serait mis en berne à partir de vendredi et jusqu'aux funérailles d'Etat. Aucune date n’a été communiquée.


A Port-au-Prince, le chef de l’Etat haïtien a rendu hommage au symbole de la lutte anti-apartheid et père de la démocratie en Afrique du Sud. « Mandela n'est pas seulement  le père de la démocratie en Afrique du Sud,  il est le symbole même de la démocratie. Et comme tout symbole, il  n'est pas mort. Il est présent en chacun de nous et nous guide par son mode de vie, son courage et sa foi dans la vraie lutte pour l’égalité entre les hommes, les races et les nations », a indiqué le président Michel Martelly dans un communiqué.


Le chef de l'Etat haïtien a dit joindre sa voix à celle du peuple et du gouvernement d’Haïti pour rendre un vibrant hommage à cet homme politique emblématique qui, par son sens aigu de la tolérance et du désintéressement, a su faire siennes les grandes valeurs républicaines au profit de la démocratie en Afrique du Sud. Michel Martelly « présente, au nom d’Haïti, ses plus sincères condoléances à la famille de l’ancien président Nelson Mandela (1994-1999), à ses amis et proches, au peuple et au gouvernement d’Afrique du Sud en général. »

Jean-Bertrand Aristide écrit à Jacob Zuma

Il y a environ trois ans de cela, l’ex-président haïtien Jean-Bertrand Aristide vivait en exil en Afrique du Sud. Il connaît bien Nelson Mandela. Il est terrassé par cette disparition. Dans une correspondance adressée, jeudi, au président de l’Afrique du Sud dont Le Nouvelliste a eu copie en exclusivité, le leader charismatique de Famni Lavalas a exprimé ses chagrins  et sa douleur.

« C’est avec un cœur imprégné de douleur que Mildred et moi adressons nos sincères condoléances à vous, M. le président, à la famille Mandela et au peuple sud-africain. Le grand leader, le vôtre, le nôtre, le président Nelson Rolihlahla Mandela a vécu. Paix et respect à ce grand Homme qui a pour tombeau la terre entière ! », lit-on dans cette correspondance de circonstance.

« Reflétant, a poursuivi Jean-Bertrand Aristide, la substance  du principe africain ubuntu, sa vie, bien sûr, transcende les frontières nationales. Les luttes, les innombrables sacrifices et la vision de la liberté qu’il a embrassés avec dignité, demeureront à jamais une source d’inspiration pour tous les peuples. Homme d’Etat, libérateur africain, Homme par excellence, le président Mandela offre au monde entier un exemple remarquable. »

« Les sept années passées à l’ombre du président Mandela, en Afrique du Sud, seront toujours gravées au seuil de ma mémoire. Illuminés par l’esprit ubuntu, Madiba, le gouvernement et le peuple sud-africain n’ont cessé d’exprimer une solidarité fraternelle à l’endroit de notre chère Haïti. Eperdue de gratitude, ma famille s’en souviendra toujours », souligne M. Aristide.

Selon lui, « ces millions de voix qui, au-delà de la mort, s’élèvent, vibrent et célèbrent les grands exploits et les grandes œuvres du Président Mandela nous unissent à celles de la diaspora africaine. Madiba est et demeure une source d’inspiration exceptionnelle. »

L’ancien président a conclu sa correspondance en ces termes : « Convaincus que son esprit nous habitera jour après jour, nous voudrions puiser à la source de sa langue maternelle pour lui adresser cet adieu éternel : ‘’Uhambe kakhule Madiba’’. »

Des chefs d’Etat du monde expriment leur douleur

Sur tous les réseaux sociaux, la mort de Nelson Mandela fait le buzz. Les messages de sympathie viennent du monde entier. Barack Obama, premier président noir des Etats-Unis, a lui aussi rendu un hommage au premier président noir de l’Afrique du Sud. « Grâce à sa farouche dignité et à sa volonté inébranlable de sacrifier sa propre liberté pour la liberté des autres, il a transformé l'Afrique du Sud et nous a tous émus. C’était un homme courageux, profondément bon », a déclaré M. Obama depuis la Maison-Blanche.
Pour le Premier ministre britannique, David Cameron, « une grande lumière s'est éteinte ». Pour sa part, le chef de l’Etat français, François Hollande, a déjà annoncé sa participation aux funérailles de Nelson Mandela qui a fêté ses 95 ans le 18 juillet. Il avait été hospitalisé quatre fois depuis décembre, à chaque fois pour des récidives d'infection pulmonaire.

 « J'ai lutté contre la domination blanche et j'ai lutté contre la domination noire. Mon idéal le plus cher a été celui d'une société libre et démocratique dans laquelle tous vivraient en harmonie avec des chances égales. J'espère vivre assez longtemps pour l'atteindre. Mais si cela est nécessaire, c'est un idéal pour lequel je suis prêt à mourir », dixit Nelson Mandela lors de son procès et sa condamnation le 12 juin 1964 à la prison à vie. Il avait été envoyé sur l'îlot-bagne de Robben Island, au large du Cap.    
 

Bureau de Communication de la Présidence Le Président de la République rend hommage au symbole de la lutte anti-apartheid et Père de la démocratie en Afrique du Sud, Nelson Mandela dit « Madiba » Port-au-Prince, jeudi 5 Décembre 2013 : Le Président de la République, S.E.M. Michel Joseph Martelly, a appris avec beaucoup d’émotions le décès du symbole de la lutte anti-apartheid, Nelson Mandela, ce jeudi 5 Décembre 2013. Le Président Martelly joint sa voix à celle du peuple et du Gouvernement d’Haïti pour rendre un vibrant hommage à cet homme politique emblématique qui, par son sens aigu de la tolérance et du désintéressement, a su faire siennes les grandes valeurs républicaines au profit de la démocratie en Afrique du Sud. « Mandela n'est pas seulement le Père de la démocratie en Afrique du Sud, il est le symbole même de la Démocratie. Et comme tout symbole, il n'est pas mort. Il est présent en chacun de nous et nous guide par son mode de vie, son courage et sa foi dans la vraie lutte pour l’égalité entre les hommes, les races et les nations », a rappelé le Chef de l’Etat qui présente, au nom d’Haïti, ses plus sincères condoléances à la famille de l’ancien Président Nelson Mandela (1994-1999), à ses amis et proches, au peuple et au Gouvernement d’Afrique du Sud en général. -FIN-

 Robenson Geffrard
 rgeffard@lenouvelliste.com