vendredi, décembre 20, 2013

Haïti avait vendu ces Haïtiens à la République Dominicaine

Photo: Sydney Morning Herald
Par Gerard Bissainthe --- En 1989 le soir même de mon entrée en fonction comme Commissaire Général aux Haïtiens d'Outre-Mer, un service gouvernemental nouveau qui depuis a changé de nom et s'appelle le Ministère des Haïtiens Vivant à l'Etranger, on est venu m'offrir la rondelette somme de six millions de dollars US, non pour faire quoi que ce soit, mais simplement pour que je ferme les yeux sur tout le trafic (d'hommes principalement) qu'il y avait entre Haïti et la République Dominicaine (RD). Je ne connaissais que vaguement ce problème, mais je savais que les Dominicains recrutaient régulièrement des paysans haïtiens comme coupeurs de canne et qu'ils étaient logés dans des bateys infects.


Sept secondes de vertige pendant lesquels je vis passer devant mes yeux le film de tout ce que je pouvais faire avec sept millions de dollars US pour moi-même qui ayant démissionné de la City University of New York n'avais aucun revenu fixe, indépendant des salaires des plus aléatoires parfois de notre fonction publique et pour la cause du pays. Je refusai, bien sûr. Mon interlocuteur m'expliqua qu'il m'avait donné la priorité, parce que cette somme me revenait en quelque sorte de par ma nouvelle fonction, mais qu'elle irait maintenant à quelqu'un d'autre. Aujourd'hui je comprends que cet argent était le prix d'achat des Haïtiens qui partaient en RD sans protection légale et donc sans droits. Aujourd'hui je comprends aussi que depuis longtemps les Dominicains payaient pour avoir cette main-d'oeuvre honteusement exploitée.

Ce sont ces Haïtiens et leurs descendants que la République Dominicaine prive aujourd'hui de leur nationalité dominicaine. Et comme les gouvernements haïtiens successifs ont toujours été des complices bien rémunérés à des niveaux divers qui ont tout laissé passer, les autorités haïtiennes aujourd'hui sont gênées pour s'opposer, de manière ferme et résolue à ces mesures injustes et odieuses. Et puis pourquoi faire tarir cette manne?
Aussi ne vous faites aucune illusion: cette question de dénaturalisation ne sera jamais réglée, même si les gouvernements étrangers vont nous appuyer avec les gargarismes habituels. Ou plutôt elle sera réglée lorsque nous aurons détruit le SYSTEME. Pour détruire le SYSTEME il nous faudra du GNB, mais non pas celui qui nous a amené la Minustah; mais du vrai, du good stuff, celui de Toussaint et de Dessalines.
Gerardbissainthe@free.fr Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
20 décembre 2013
Source: Gerardbissainthe2013
Photo: Sydney Morning Herald