dimanche, novembre 10, 2013

Ranmase: Martelly a révoqué des employés noirs qualifiés du Palais national pour les remplacer par des mulâtres « ti rouge »

Palecho.com --Tout Haïti vous invite à lire un extrait du compte rendu de l’émission Ranmase du Samedi 9 Novembre 2013 traitant de la question de couleur aujourd’hui en Haïti et la manière dont Michel Martelly et sa clique contribuent à faire revivre les vieux démons de la couleur et de la discrimination en Haïti ce qui a provoqué la colère des manifestants qui ont scandé « Dessalines pral Kay Petion » lors de la manifestation qui a pris pour cible le nouveau centre commercial du pays, Pétion-Ville .



(....) Sur la manifestation de l'opposition jeudi dernier à Port-au-Prince qui avait réuni plusieurs milliers d'individus, Steven Benoit tout en se disant solidaire des protestataires pour les dérives de l'équipe en place, a dit déplorer les préjugés de couleur qui ont refait surface avec le slogan "Dessalines va monter voir Pétion". Il encourage aussi le pouvoir à ne pas tomber dans le piège de payer des mercenaires pour empêcher à la population de manifester sa colère et ses frustrations comme c'était le cas cette semaine. Mario Dupuy a profité de cette aubaine pour dénoncer des politiciens avides de pouvoir qui font déterrer les vieux démons des préjugés de couleur pour "monter" le peuple contre le pouvoir. "C'est un faux problème, dit-il, le débat aujourd'hui devrait consister en une lutte pour une répartition équitable des richesses du pays", a dit Mario Dupuy à qui, cependant, le modérateur a rappelé que, sous l'Administration lavalas, la question de couleur était agitée pour stigmatiser la bourgeoisie mulâtre qui avait pris les rues pour demander le depart du président Aristide et l'actuel conseiller du président Martelly qui était membre de l'équipe Lavalas ne l'avait pas dénoncée.

Le député Danton Léger ne partage pas l'opinion de Steven Benoit et Mario Dupuy et estime que cette question de couleur a traversé toute notre histoire et elle est plus présente que jamais dans la pratique de ce pouvoir. Hugue Célestin va même plus loin pour indiquer que les représentants du pouvoir qui sont autour de la table (Me Augustin, Lucien Jura et Mario Dupuy) sont utilisés pour faire le sale boulot alors que les "petits rouges" (les gens au teint clair) qui gravitent autour du pouvoir réalisent leur beurre sur le dos du malheureux peuple. M. Célestin va faire bondir l'autre camp quand il affirme que le pouvoir avait procédé à une vague de révocation au palais et elle concernait uniquement des individus noirs pour y faire rentrer les petits mulâtres de Petion Ville. Lucien Jura s'est dit scandalisé par de tels propos car, lui qui travaille au palais n'a jamais été mis au courant d'une telle discrimination. Revenant sur la manifestation de l'opposition, le porte-parole de la présidence a déclaré ne pas comprendre les motivations des manifestants qui s'accrochent à l'idée de "deboulonnin" un pouvoir qui est venu avec différents programmes sociaux pour satisfaire ses revendications.

Le mot de la fin revenait à Guyler Cius Delva passé à l'émission pour annoncer à la nation qu'il n'est plus conseiller en Communication du président de la République tout en restant très solidaire de M. Martelly dont il supporte les projets et programmes de changement. "Je vais reprendre mes activités de journaliste et le travail au sein de la commission pour obtenir justice en faveur de Jean Dominique et de Brignol Lindor" a-t-il dit. Toutefois, M. Delva n'a apparemment pas l'intention de remettre le véhicule officiel qui est en sa possession.

Jean Monard Metellus
Source: CaraibeFM