mardi, novembre 05, 2013

La police a arrêté un étudiant uniquement pour avoir lancé un slogan hostile à Michel Martelly

Voila ou nous en sommes aujourd’hui dans le pays, La police nationale ayant à sa tête Godson Aurelus est transformée en une force politique au service du pouvoir dictatorial que Martelly veut établir dans le pays. Nous venons aussi d’apprendre du Sénateur Privert que le ministre de la justice Jean Renel Sanon est en train de militariser la police nationale dans le but d’imposer un régime dictatorial en Haïti.
Tout Haïti vous invite à lire ce texte plus bas .

Protestations contre l'arrestation d'un étudiant de l'UEH pour des motifs apparemment politiques

Intervention musclée de la police
De nouveaux incidents ont éclaté lundi aux abords des Facultés d’Ethnologie et de Droit de l’Université d’Etat (UEH), à Port-au-Prince, où la police est intervenue à coups de gaz lacrymogènes pour disperser des étudiants qui réclamaient la libération d’un des leurs, Fresner Michel, arrêté vendredi dernier aux abords de la Faculté des Sciences humaines.
Georges Grégoire Exantus, l’un des porte-parole des étudiants, soutient que Fresner Michel a été appréhendé par une patrouille policière pour avoir scandé des slogans hostiles au chef de l’Etat au moment où celle-ci passait. La police procède à la chasse des étudiants opposés au pouvoir en place, selon Exantus. Des policiers leur auraient proféré des menaces et leur auraient promis de les infiltrer en civil en vue de les appréhender, ajoute-t-il.
Des jets de pierres ont été lancés et au moins un policier a été blessé. Les gaz lancés tous azimuts par la police ont atteint des patients de l’Hôpital de l’Université d’Etat contigu au local de la Faculté de droit.
Les étudiants se disent déterminés à obtenir la libération de leur camarade et en ont profité pour exprimer leur opposition tant au pouvoir Martelly qu’à toute forme d’atteinte à la liberté d’expression.
Source: Kiskeya
Publié le lundi 4 novembre 2013