samedi, novembre 09, 2013

Jacques Sauveur Jean, Michel Joseph Martelly : Il y a de la déception dans l’air

Des griefs contre le pouvoir en place ? Jackito, de son vrai nom Jacques Sauveur Jean, en a plein le bol. Mais il n’entend pas divorcer d’avec l’équipe. D’ailleurs, a-t-il expliqué, il ne s’était jamais marié avec ce pouvoir, emmené par Michel Joseph Martelly dont il affirme être un très bon ami.


J’exprimerai en chanson ma déception au pouvoir au moment opportun, a promis Jacques Sauveur Jean, qui vient tout juste de produire un nouvel album sur lequel chante le musicien Michel Joseph Martelly. Qui n’est pas conscient des bavures de ce gouvernement? a-t-il poursuivi, précisant que Michel Martelly, en tant que président de la République, est responsable de ses propres actes.

Comparant la bataille politique à un match de football, il pense que ce n’est pas parce qu’on veut marquer des buts qu’on doit briser les jambes d’un défenseur de l’équipe adverse. Jackito critique la tendance voulant que toutes les décisions soient l’objet de compromis. Cela nous place en dehors des normes édictées par la Constitution haïtienne, dit-il, mettant dans le même panier les autres secteurs de la vie politique.

 Jacques Sauveur Jean ne digère pas la politique agricole de l’administration Martelly-Lamothe. «Si le gouvernement avait accordé effectivement de l'importance à l’agriculture, comme il tente de le faire croire, il n'aurait pas dû importer du riz de partout en ignorant les 12 000 ha de terre dans le Nord-Est», dit-il se mettant aussi en colère contre la classe possédante qui « ne fait qu’importer et revendre le riz ». Finaliste régional du concours Digicel Entrepreneurs en 2012 et fondateur de l’Organisation des paysans du Nord-Est (OPAN) réunissant 200 membres pour commencer le combat pour relancer la production de riz local, Jacques Sauveur Jean déplore le fait que le gouvernement ne l’a jamais contacté.

 «Malgré mes connexions au sein du pouvoir en place, mes démarches sont restées sans succès», a déploré le chanteur, qui confirme être membre fondateur du Parti Haïtien Tèt Kale (PHTK). Il n’entend pourtant pas à cause de cela cautionner tout ce que fait le pouvoir. «Je suis contre ce genre de politique», a clairement précisé Jacques Sauveur Jean, se targuant d’être un promoteur de longue date de la production nationale. Il le fait depuis la présidence de Jean-Bertrand Aristide et de René Préval, pour qui il dit avoir une grande admiration pour avoir été son mentor politique. «Haïti ne peut pas être mise sur les rails du développement sans passer par la production nationale», croit Jackito, qui, pour poursuivre son combat au profit de l’agriculture, a pris la décision de se porter candidat au poste de sénateur aux prochaines élections.

Jacques Sauveur Jean dit n’attendre la bénédiction de personne pour arriver au Sénat de la République. Mais je suis resté ouvert aux supports de mes amis au plus haut sommet de l’Etat et de toute autre personne qui le désire, a déclaré Jackito, faisant les yeux doux au chef de l’Etat. Malgré son titre de membre fondateur du PHTK, il affirme n’être pas encore sûr de la bannière sous laquelle il se présentera aux élections. Jacques Sauveur Jean accompagnait Michel Martelly dans ses différents déplacements au lendemanin de sa prise de fonction. C'est de cette même manière que celui qui s'auto-proclame ministre du compas se solidarisait de lancien président René Préval, pour qui il avait fait campagne.
 Danio Darius/Nouvelliste